mardi 16 avril 2019

Reims-Paris // reconstruire une cathédrale

Cathédrale de Reims, sans charpente, par P. Castelnau, 1917, fonds Albert-Kahn
[Ajout du 15 mai 2019 : voir la réaction du plus grand spécialiste de la question, Frédéric Epaud, dans un article de Géo : "Six idées reçues sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris" ]

"Incrédulité", "tristesse", Notre-Dame de Paris était en flamme cette nuit ! Comment ne pas parler de ce drame sur ce blog ? Reconstruire n'est pas uniquement un projet de société tourné vers l'avenir, il faut parfois en passer par la "reconstitution", rebâtir les piliers qui fondent notre pensée autant que notre paysage. Notre-Dame de Paris, c'est l'invention en France du Patrimoine, du Romantisme, du Gothique, ceci pour ne parler que d'un petit instant dans un millénaire d'histoires (au pluriel). C'est ici, au XIXe siècle, que s'ouvre un nouveau récit historique, plus conscient de lui-même, de son devoir de mémoriser les réalités humaines et matérielles. Comment "reconstituer" un tel lieu de mémoire ? Au préalable, il faut mener l'enquête en cherchant un précédent : évidemment, on pense à Reims en 1914-1918. Il aura fallu une bombe incendiaire, des stocks de paille accumulés au pied de l'édifice et des échafaudages en bois pour que les flammes se propagent depuis la tour nord de la façade occidentale jusqu'à la charpente (conférence de la cité de l'architecture). Le feu doit couver des heures durant et atteindre des températures très élevées pour se propager aux épaisses pièces de chêne qui la constituent. Et il faut, dans le cas de Reims, que les bombardements durent quatre ans pour provoquer l’effondrement de la voûte.

"Colère", pour ma part : contrairement à Reims, ce n'est pas la guerre qui a touché Paris, c'est la bêtise de notre temps où l'économie de quelques euros nous coûte des milliards. Le premier de nos "monuments nationaux" a brûlé à une époque où caméras, surveillance automatisée, alarmes, drones, pompes, tuyaux ne coûtent rien. Mais l'argent n'est plus là, pas la moindre piécette pour ça ou pour de menus travaux. L'argent s'enferme depuis une quarantaine d'années dans une spéculation absconse, se dissout dans l'abstraction du monde financier et dans l'irréalité de nos écrans. Le progrès du virtuel a engendré le déclin du réel, et il faut être d'une grande bêtise pour nier ce phénomène. Comme beaucoup, je suis entré dans une "fureur jaune", car je vois les esprits médiocres qui nous gouvernent ne pas comprendre que leurs économies de bouts de chandelle sont ruineuses. Ces comptables égotiques et étriqués ne voient pas l'absence d'avenir et l'effacement du passé qu'ils provoquent. Notre président, qui fut le dernier a réagir (à 23h30), probablement pris dans la panique de ses communicants, peut clamer que l'on va reconstruire : c'est son rôle dans l'ère d'une post-vérité où tout semble affaire de volonté... Moi, je sais que je ne suis pas prêt de revoir Notre-Dame, connaissant le faible taux d'écoute des personnes compétentes, sachant le triste état de la main d'oeuvre, ayant constaté la gestion de nos forêts tournées vers l'exportation... Pis encore, j'imagine la question qui se posera en découvrant la réalité de nos moyens face aux besoins : faut-il vraiment refaire à l'identique ? Cela prendrait trop de temps... Alors, on va en conclure qu'il faut du "neuf", du "vite fait bien fait", idée prônée par un quelconque "starchitecte" se présentant aux médias comme un super-héros de série télévisée. Nos comptables-gouvernants choisiront évidement cette ultime option, celle qui correspond à leur mentalité forgée sur petit écran.

"Inquiétude", également : pour Reims, le monde entier s'était déjà mobilisé, mais politiques et journalistes étaient trop occupés à fabriquer la propagande anti-allemande. Il y a eu une souscription et les milliardaires (qui étaient alors américains), quelques riches à travers le monde, ainsi qu'un bon nombre de bourgeois rémois ont vidé leurs poches en ayant une seule exigence : que cela ne brûle plus. Heureusement, la question de la reconstruction restait aux mains des "pratiquants" et des "savants", ceux qui connaissaient les faits matériels. C'était l'époque où les "intellectuels" ne travaillaient pas au service du gouvernement et affrontaient des questions populaires en y répondant avec expérience, intelligence et modestie. Associés à des architectes compétents (sans être célèbres), ils vont résoudre le problème. Un génie de l'architecture, Henri Deneux, est finalement nommé par la hiérarchie des Monuments Historiques. Il va sacrifier sa carrière et sa vie pour reconstruire la cathédrale de façon respectueuse et moderne... Il invente une charpente constituée d'éléments de ciment armé préfabriqués (photos sur wikipedia), en s'inspirant des pièces courtes imaginées par un autre génie de l'architecture : Philibert Delorme. Longue filiation, transmission de savoirs, émulation, innovation, amélioration, génie humain, abnégation, puissance financière, main d'oeuvre qualifiée, fiabilité administrative, retrait des politiques face aux experts, et beaucoup de patience : voici quelques ingrédients pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Quant à la durabilité ? Qu'elle ait fait ses preuves, en ayant déjà duré... Bref, pour Paris, on est mal barré...

Ci-dessous, le magnifique portrait d'un sculpteur devant la cathédrale de Reims, en 1917, autochrome de Paul Castelnau, fonds Albert Kahn (qui fut très sensible au drame de la destruction et à l'intelligence de la reconstruction).


Sculpteur de la Cathédrale de Reims, photographié en 1917 par P. Castelnau, fonds Albert-Kahn