mercredi 28 février 2018

Buffet de cuisine // Origines 1913-1937

Peter Behrens, buffet de cuisine, décembre 1913, pp.450, via digi.ub.uni-heidelberg.de 

.
Creusons les origines du buffet de cuisine (cf. Buffet Mado ou Madot // histoires et rumeurs). Dès 1902, alors que la fluidité exagérée de l'Art nouveau commence à montrer ses limites, Eugène Grasset évoque la simplicité du buffet de cuisine dans Art et décoration lors de la remise d'un prix en ces termes : "Ceci est une observation des plus importantes et qui devrait faire rejeter en principe tout dessin de meuble où on ne les verrait pas, je veux parler des joints d'assemblage. Dans le projet qui nous occupe on n'en voit pas trace, et le tout a l'aspect d'un meuble en bois liquide coulé dans un moule. C'est grâce à ce défaut qu'on voit de nos jours se commettre tant d'insanités en menuiserie, alors qu'il est si facile, en regardant un buffet de cuisine en bois blanc, de se rendre compte de la nécessité de la construction obligatoire. D'ailleurs qu‘on le veuille ou non, cette construction se révèle toujours avec le temps ; il vaut donc bien mieux l‘accuser tout de suite franchement". Perret n'a pas encore inventé l'Ossaturisme que nos meubliers constatent la nécessité de faire transparaître la structure ! C'est ainsi que le début du meuble "moderne", c'est à dire rationnel, architecturé et sans ornement, s'assimile déjà à la pauvreté du "mobilier de cuisine", avant même d'être soupçonné de collaboration avec l'ennemi allemand. Et le rapprochement n'est pas faux ! Preuve en est, ce buffet de cuisine présenté en 1913 par Peter Behrens - époque où celui-ci invente le design industriel... La chose n'est ni récente, ni inintéressante. Il faut donc aller voir de plus près cette histoire en Allemagne. De fait, le modèle de Behrens n'est pas le plus avancé. C'est une femme, Kate Kuhn, qui le découvre au même moment et le présente dans une "cuisine de Munich". Il y a les niches, les vitres, et nombre de petites portes et de tiroirs. On peut ensuite remarquer la "cuisine de Budapest" présentée en 1916 par l'architecte-enseignant hongrois Dénes Györgyi - dont on compare la production aux modèles de la sécession viennoise de Josef Hoffmann. Ceci n'est pas faux et cela continue d'ancrer notre banal buffet de cuisine dans une épopée prestigieuse. L'histoire se poursuit avec la "cuisine de Berlin", créée par un certain W. Henß en 1923, mais le personnage semble oublié... On peut cependant apprécier les chaises et la table qui se rapprochent de plus en plus d'une modernité en devenir et des normes futures du design.

Toutefois, la distance est encore grande entre ces vieux meubles de cuisine et le modèle recherché, c'est à dire le "buffet Madot". Par contre, en 1937, un buffet beaucoup plus proche apparaît une nouvelle fois en Allemagne. Il est en bois poncé, laqué blanc, avec ses petites niches, ses mini-fenêtres, ses verres dépolis, ses justes proportions, et ses innombrables variantes. Les formes s’expliquent car le bois poncé, les angles adoucis et le laquage blanc imitent l'effet du métal laqué - trop coûteux et trop précieux alors que le pays est en plein réarmement. Suivant les indications en légende, ce mobilier de cuisine a été conçu par un certain Bruno Springer, à partir d'éléments standardisés réalisés par une coopérative berlinoiseN'oublions pas que ce Berlin est celui où Hitler vient d'accueillir les Jeux olympiques (août 1936) et n'a pas encore ordonné le pogrom de la Nuit de Cristal (qui aura lieu les 9 et 10 novembre 1938). Le dictateur semble faire un effort sur lui-même pour contrôler sa folie meurtrière afin de convaincre le monde de la grandeur germanique... Cela marche, car c'est précisément ce modèle qui va être réadapté à l'usage du Français moyen, grâce à un esprit ingénieux qui ajoutera, dix ou douze ans plus tard, la huche à pain au format de notre baguette universellement connue, redonnant ainsi un peu de joie et de bonne humeur à cet objet véritablement, tragiquement, douloureusement, furieusement, "moderne"... Revenons en Allemagne. Le buffet perd ensuite ses fenêtres et sa complexité, dans une version industrielle et populaire, toujours produite à Berlin, qui est présentée dans une maison témoin à Warndt, en 1941. C'est ainsi que s'achève cette histoire. Passons à la morale. Le modèle de 1937 avait encore l'air dépassé. Il fait "vintage", comme on dit actuellement. Mais celui de 1941 reste pleinement contemporain. C'est ce qui devrait nous agiter. On peut soit affirmer que la modernité du meuble populaire s'est arrêtée à cette date, soit que le simplisme populiste et neutre de 1941 est aussi celui du rationalisme financier d'aujourd'hui. Troisième hypothèse, cette période sombre a aussi inventée le design et il fvaudrait peut-être mieux assumer le poids de cet héritage plutôt que de s'enfermer dans le déni. Quoiqu'il en soit, on préférerait que notre "Madot" ait existé. Parfois,  il est préférable d'en rester aux rumeurs et aux mythes...

Note : la mise en ligne de tous les numéros de la célèbre revue Innen-Dekoration, d'où proviennent les illustrations, a été réalisée par l'université d'Heidelberg (digi.ub.uni-heidelberg.de). Les images sont de qualité, contrairement à celles que produisent d'autres institutions...


Cuisine de Munich avec équipement laqué blanc par Mme Kate KuhnInnen-Dekoration, décembre 1913, pp.457, via digi.ub.uni-heidelberg.de 

Cuisine de Budapest, par le professeur Dénes Györgyi, Innen-Dekoration, janvier 1916, pp.41, via digi.ub.uni-heidelberg.de

.
Cuisine de Berlin, par l'architecte-designer W. Henß, ancêtre du buffet Madot, Innen-Dekoration, pp.100, 1923, via digi.ub.uni-heidelberg.de
.
Verkaufsgemeinschaft Berlin Tischlermeister - Küchenmöbel in mattem schleiflack. Entwurf Bruno Springer – Berlin
Buffet Madot par Bruno Springer, Berlin, Innen-Dekoration, pp.404-405, 1937 via digi.ub.uni-heidelberg.de




.
Cuisine par éléments par Bruno Springer, Berlin, Innen-Dekoration, pp.404-405, 1937 via digi.ub.uni-heidelberg.de

Buffet Madot par Bruno Springer, Berlin, Innen-Dekoration, pp.404-405, 1937 via digi.ub.uni-heidelberg.de

Buffet Madot par Bruno Springer, Berlin, Innen-Dekoration, pp.404-405, 1937 via digi.ub.uni-heidelberg.de
.
Salle à manger, mobilier: laque ivoire et hêtre naturel, tissus : motif bleu, maison témoin de Dorf im Warndt
architecte en chef  Karl Stützer, exécution: Heimgestalter GMBH Berlin, 1941

Buffet "Madot" dans une  maison témoin de Dorf im Warndt, Allemagne, 1941