vendredi 21 février 2014

Charlotte Perriand // fin du litige

Mobilier d'une chambre d'étudiant à la Maison de la Tunisie de Charlotte Perriand, édité par les 'Ateliers Jean Prouvé', 1952-1953 


Admiratif du travail que Jacques Barsac mène aux côtés de Pernette Perriand, je ne peux m’empêcher d'informer les lecteurs de ce blog qu'un arrêt du 19 février 2014 de la Cour de Cassation marque la fin définitive du litige qui les opposaient à d'importantes sociétés, notamment des célèbres marchands d'arts. Pour moi, le choix est toujours évident entre ceux qui étudient leur histoire et ceux qui défendent de gros intérêts financiers mais, pour la justice, il a quand même fallu attendre plus de dix ans. Chacun sait les traumatismes qu'imposent ces procédures interminables. Pour éviter le post-trauma, il faut regarder du côté de la Lumière. Heureusement, ils en ont l'occasion puisque Jacques Barsac vient juste de publier le tome 1 du "Charlotte Perriand Complete Works" chez Scheidegger und Spiess et écrit en ce moment même le tome 2...

Admiring the work of Jacques Barsac with Pernette Perriand, I must inform readers of this blog a judgment dated of 19 February 2014, the Supreme Court marks the definitive end of the litigation that opposed them to major corporations, including arts dealers. For me, the choice is obvious between those who study history and those who defend the financial interests but, for french justice, it still took fifteen years ! Everyone knows the trauma imposed these lengthy procedures. To avoid post-trauma, we must look the Light. Fortunately, they have the opportunity Jacques Barsac just published first Volume of "Charlotte Perriand Complete Works" in Scheidegger und Spiess, and writing the second volume at this moment ...

lundi 17 février 2014

Lille // Guillerme et Chambron

Page d'accueil du site internet http://www.votre-maison.com/


En avril 2013, une première enquête de Nicolas Le Du - qui fouille sur internet avec un talent fou - avait conduit à retrouver les traces de l'activité de la marque Votre Maison, célèbre atelier de la métropole lilloise fondée par Robert Guillerme et Jacques Chambron. En chêne ciré, massif ou placage ébénisterie, ce mobilier représente parfaitement la branche robuste et subtilement rustique qui se greffe sur le tronc du Mouvement moderne après-guerre. Aujourd'hui même, Bernard Defraeye, qui a racheté le nom "Meuble Votre Maison" pour maintenir le service client et la distribution, m'a sympathiquement contacté pour me donner des précisions sur le devenir de l'entreprise. Celle-ci a été liquidée au milieu des années 2000 mais elle reste en activité en tant que Menuiserie Carfep et elle est toujours implantée à l'emplacement du siège historique, le 69 bis de la rue Jean-Jaurès à Ronchin. Si la fabrication initiale est stoppée (les modèles sont la propriété d'Hervé Chambron, successeur et ayant-droit), les amateurs seront heureux d'apprendre qu'ils peuvent aller à cette adresse pour restaurer, ou remettre des mousses, ou des tissus neufs, sur leur anciens "Guillerme et Chambron". Enfin, n'oublions pas que la galerie Maison Bananas, spécialisée dans cette marque, a décrit les multiples modèles de la marque Votre Maison dans un catalogue en ligne. Mais regardons déjà ce qu'en disent les responsables de l'atelier sur leur site ; ils y décrivent parfaitement leurs origines et plus largement celles d'un "style Reconstruction" :

"L'histoire de Votre Maison commence en 1940, en Prusse Orientale, au bord des lacs mazuriens... Un stalag, un baraquement de bois... Réunis par les absurdes conséquences d'une guerre, des hommes venus d'univers différents sont là et, parmi eux, Jacques Chambron et Robert Guillerme ... ensemble, ils livrent un combat quotidien pour vivre, pour préserver ce qui leur parait essentiel : la dignité humaine... La guerre s'éternise... Pour mieux supporter le présent, ils échafaudent des projets d'avenir... Hiver 1944, la guerre touche à sa fin, les troupes soviétiques font éclater le front de l'est, alors que les alliées avancent vers le Rhin... Viennent alors les années d'après guerre, avec les restrictions, les tickets de rationnement, le pays qu'il faut reconstruire, le quotidien qu'il faut encore et toujours assurer... Robert Guillerme et Jacques Chambron reprennent leurs anciennes activités professionnelles... Guillerme est retourné à Lille exercer son métier d'ensemblier-décorateur. Diplômé de la promotion 1934 de l'école Boule, il excelle dans l'architecture et la création de meubles d'intérieur et met son talent au service des ateliers Rogier, l'une des maisons les plus réputés de la région. De son coté, Chambron , diplômé de l'école des Arts Appliqués de Reims, a repris son activité de peintre-décorateur dans son atelier parisien de la rue Nollet... Malgré le temps et la distance, les contacts restent étroits, et les projets élaborés pour vaincre la détresse des camps deviennent ceux de la fraternité... En 1948, Jacques Chambron et sa famille quittent Paris et viennent s'installer à Lille. Le projet initial prend forme, se concrétise. Guillerme et Chambron rencontre Emile Dariosecq , propriétaire d'un atelier d'ébénisterie à la recherche de nouveaux débouchés industriels..."

The story of "Votre Maison (Your House)" begins in 1940, in East Prussia, along the mazurians lakes ... A stalag, a wooden hut ... Gathered by the absurd consequences of war, men from different worlds are there and among them Jacques Chambron and Robert Guillerme ... Together they deliver a daily struggle to live, to preserve what seems to them most: human dignity ... The war drags on ... To better support this, they devleop future projects ... Winter of 1944, the war comes to an end, Soviet troops shatter the Eastern Front, while the Allied advance to the Rhine ... Then come the post-war years, with restrictions, ration, it is necessary to rebuild the country, the daily need and yet still ensure ... Jacques Guillerme and Robert Chambron found their old professions ... Guilherme returned to Lille exercise his profession decorator. 1934 graduate of the promotion of the Ecole Boulle, he excels in architecture and creation of interior furniture and put his talent to workshops Rogier, one of the most famous factory in the region. For his part, Chambron graduated from the Applied Arts School in Reims, resumed his work as a painter and decorator in his Paris studio of the Rue Nollet ... Despite the time and distance, the contacts remain strong, and projects designed to overcome the distress of those camps become the fraternity ... In 1948, Jacques Chambron and his family leave Paris and came in Lille. The initial project is taking shape happen. Guillerme and Chambron met Emile Dariosecq owned a woodworking shop in search of new industrial opportunities ...

mardi 4 février 2014

Journal de l'ameublement // Sommaires 1951-1958

en 1998, le numéro 1000 en version française du  "Décors" offre un historique, actuellement version néerlandaise en vente sur ebay (Décors 1000)

Je remets en haut de l'affiche les sommaires du Journal de l'ameublement - Meubles et décors suite aux informations envoyées par Noël Hostens, architecte-ingénieur, expert des meubles des Ateliers d'art De Coene (nous y reviendrons). Cette revue est la plus intéressante qui soit pour les "créateurs de modèles de série", devant le Décor d'aujourd'hui et La Maison Française, avec un ton abordable et un prix incroyable : 45 frs, presque dix fois moins cher que ses concurrents ! Cette revue a une très longue histoire et se nomme alternativement Journal de l'Ameublement (de 1915 à avr. 1936, d'avr. 1941 à 1944, d'avr. 1952 à oct. 1958) et Meubles et décors (de mai 1936 à juil. 1939, de 1945 à mai 1952, de nov. 1958 à avr. 1971), avant d'être re-titrée Décors. Sa ligne éditoriale est surtout révisée de 1951 à 1958 quand elle prend le format in folio d'un journal alors qu'elle a déjà plus de 600 numéros au compteur. Cette revue était avant cette date plus traditionnelle mais son directeur, Louis Brulliard, se décide à changer lourdement son orientation pour en faire un outil de communication engagé exclusivement dans la promotion du meuble moderne édité en grande série. Les sélections sont de qualité avec un grand format richement illustré qui permet de toucher un public large et jeune, désargenté mais sensible à la nouveauté. A l'opposé du snobisme vieillissant de l'Art déco, les articles vantent des meubles économiques produits en quantité, ceci pour réduire à néant le préjugé d'une industrie française condamnée à meubler les milliardaires rétrogrades. Très engagé, Louis Brulliard veut imposer un modernisme social qui réunirait les héros du moment en France comme le fait "Form" en Suède, "Goedwonen" en Hollande, "Werkbund" en Allemagne ou "Formes Nouvelles" en Belgique... Ce qui explique sans aucun doute le passage en édition belge bilingue (français / néerlandais) dès 1958 mais les temps ont alors changé !

Le Top-50 de la revue (1951-1958) : 1) Caillette, 2) Richard, 3) Gascoin, 4) Flachet, 5) Paulin, 6) Hauville, 7) Gautier, 8) Saint-Sabin, 9) Hitier, 10) Landault, 11) Guermonprez, 12) Paolozzi, 13) Durussel, 14) Guariche, 15) Perreau, 16) Free-Span, 17) Motte, 18) Simard, 19) ARP, 20) Dangles et Defrance, 21) Mortier, 22) Biny, 23) Guérard, 24) Dumond, 25) Rozier, 26) Groupe-4, 27) Dangles, 28) Godfrid, 29) Knoll, 30) Ramos, 31) Baillon, 32) Disderot, 33) Erton, 34) Seigneur, 35) Le Manach et Hubschverlin, 36) Oscar, 37) Poisson, 38) Airborne, 39) Meyer, 40) Polymeubles, 41) Sognot, 42) Pré, 43) Crozatier, 44) Guiguichon, 45) Old, 46) Royère, 47) Steiner, 48) Caminelle, 49) Monpoix, 50) Perriand