lundi 16 décembre 2013

1919 Süe et Mare // Compagnie des Arts Français

Süe et Mare, modèles de série pour les sinistrés présentés au SAD de 1919, via Art et décoration - 1919, t.36, p.42

Il existe des milliers de livres sur l'Art déco et, désormais, comme pour Le Corbusier et quelques autres, on attend une synthèse historiographique ou une analyse de la réception plutôt que de s'encombrer d'une énième interprétation... Cependant, il ne faut pas manquer certains ouvrages comme 1925, quand l'Art déco séduit le monde qui vient d'être, publié chez Norma, ni un classique trop oublié, Mobilier 1910-1930, écrit par Éveline Possémé, qui vient d'être réédité par Massin. Le second a l'originalité de creuser une autre direction que celle du meuble pour milliardaires et de relater l'implication des "Anciens" dans la Reconstruction après 1914-1918. Il faut le savoir, l'Art Déco ne se limite pas seulement au luxe et provoque surtout une réaction. André Mare imagine, dès 1911, des modèles pour la série, dont une chaise mémorable en merisier ciré, à dossier gravé et assise paillée qu'il présente au Salon d’Automne. Rappelons également que Guillaume Apollinaire remarque à cette occasion son talent et écrit, noir sur blanc, dans L'Indépendant daté du 14 octobre, tout le bien qu'il en pense pour l'avenir : " J'ai parlé des ensembles mobiliers, ils montrent et tout particulièrement les ensembles d'André Mare, que le moment va arriver où nous allons enfin voir des meubles nouveaux qui ne soient pas des horreurs ". André Mare s'associe ensuite à Louis Süe et présente ses modèles dans la section du Salon des artistes décorateurs consacrée aux meubles pour les provinces dévastées en 1919. L'année suivante, Süe et Mare fondent la Compagnie des Arts Français qui leur sert à réunir de nombreux artistes et aussi à diffuser leur mobilier de série exécuté dans les usines d’aviation et d’aérostation Borel et Savary - ceci dans le cadre de la reconversion économique... C'est ainsi que Süe et Mare introduisent l'Art déco, initient la relation entre luxe et industrie, et - enfin - tissent le lien avec la construction en publiant le manifeste Architecture, pour lequel Paul Valéry écrit Eupalinos, hommage où se reconnaissent Auguste Perret et Le Corbusier… Enfin, tout fusionne un peu plus tard, en 1928, quand Süe et Mare cèdent la CAF à Jacques Adnet qui s’associe alors à Francis Jourdain, Charlotte Perriand et René Gabriel (et aux peintres Fernand Léger, Jean Lurçat, Raoul Dufy et Marc Chagall)... Ci-dessous, le texte d'Art et décoration décrivant le SAD de 1919 et la piste ouverte par Süe et Mare en image....

There are thousands books about Art Deco Style and , now , as Le Corbusier and others, we expect a historiographical synthesis or analysis of receipt rather than be another interpretation ... However , do not miss some books : "1925 , when the Art Deco seduced the world" - which has just been published by Norma - and too often forgotten classic , " Mobilier 1910-1930 " written by Eveline Possémé and reissued by Massin . The second originality digging an other direction than pieces of art for billionaires and relate the involvement of " Great Old Ones " in Reconstruction after 1914-1918 . You should know , Art Deco is not limited to luxury : André Mare imagine , from 1911 , models to the series including a memorable chair in polished cherry and engraved rush seat that has the Salon d'Automne . Also recall that Guillaume Apollinaire remark on this occasion his talent and writing  in "L'indépendant" dated October 14: "I spoke movable sets , they show especially the sets of André Mare, the time will come when we will finally see new furniture that are not horrors . " André Mare then associated with Louis Sue and presents their models in the section Salon decorators devoted to furniture for the devastated provinces in 1919. The following year, Süe and Mare founded the Compagnie des Arts Français and they use to meet many artists  to disseminate furniture series executed in aircraft factories and other industries - for the economic conversion ... Süe and Mare introduce Art Deco , initiate the relationship between luxury and industry , and - finally - the link weave construction with publishing the manifesto Architecture, for which Paul Valéry wrote "Eupalinos" - tribute which recognizes Auguste Perret ... Finally, everything merges later , in 1928, when Süe and Maresold the business to Jacques Adnet CAF which then associates with Francis Jourdain , Charlotte Perriand and René Gabriel ( and painters Fernand Léger, Jean Lurcat , Raoul Dufy and Marc Chagall ) ...


Rien donc ici ne rappellerait la guerre, si l'on n'avait demandé à nos décorateurs d'aider à en réparer les désastres en établissant des modèles de meubles simples pour la restauration des régions dévastées. Elle se rappelle encore par quelques lacunes qui lui sont imputables, l'absence de plusieurs artistes et celle de certaines matières. M. Brandt, sans doute, n'a pas été privé de fer ; mais le cuir a manqué à Mme de Félice et, pour exercer l'originalité de son invention et l'élégance de son dessin, elle a dû chercher une compensation et une consolation en imprimant des papiers de reliure. N'importe, on éprouve dans cette exposition, et devant beaucoup de vitrines une légère impression d'indigence qui est bien du fait de la guerre. Les décorateurs ont souffert aussi de la restriction et ce n'est point pour diminuer la sympathie qu'ils nous inspirent. Peut-être cette sobriété n'est-elle pas uniquement due à la rigueur des temps. N'est-elle pas en grande partie un effet de cette crise de rationalisme traversée naguère par notre art décoratif et dont il' est sorti très sage ? [...] Il serait assurément facile à nos décorateurs d'enrichir leur vocabulaire ornemental. Nous avons trop écouté les critiques que l'on adressait, au nom de la logique, aux fantaisies qui ne se justifiaient par aucune utilité. C'est une maîtresse d'école tyrannique et bien austère que la pure raison. Si on l'écoutait, elle nous habillerait avec des sacs et nous logerait dans des baraques Adrian. [...]

Une des originalités de cette exposition tient dans le programme qui invitait nos décorateurs à présenter des mobiliers pratiques et peu coûteux, destinés aux pays dévastés. Le problème devait leur plaire, car ils ont justement combattu le luxe plaqué, la richesse postiche, au nom de la logique et de la probité. Plusieurs ont donc répondu avec bonheur à ce programme utilitaire. M. Lambert a construit pour un intérieur rustique des meubles d'une belle race, comme une paysanne en costume de travail, sans autre parure que sa robustesse et sa santé, une fleur des champs posée dans sa chevelure ou à son corsage. L'intérieur de M. Gallerey est aussi accueillant que possible ; on ne peut allier plus de charme à tant de simplicité. Un intérieur aussi souriant et aussi lumineux semble capable d'effacer le regret du foyer disparu et de réconforter les exilés quand ils reviendront sur leur terre dévastée. La petite salle à manger de M. Fréchet, qui fait discrètement appel aux sculpteurs sur bois, est pittoresque comme un décor de théâtre. Même quand il travaille pour les pays envahis, M. Francis Jourdain ne peut se tenir de nous amuser de sa fantaisie. M. Dufrêne toujours prompt à dessiner des formes élégantes et ingénieuses devant les données du problème, a utilisé la souplesse des bois d'avion en façonnant des buffets pansus et des dossiers arrondis. Les meubles " en série " de MM. Mare et Sue sont bien les frères de leurs meubles " riches " et rien ne révèle en eux les parents pauvres, ni dans la forme aux masses bien calculées, ni dans leur robe relevée de quelques fleurons roses. Et tous ces meubles charmants sont d'un prix peu élevé. La surprise que nous cherchions depuis que nous sommes entrés au Pavillon de Marsan c'est ici que nous l'éprouvons enfin. La guerre a influencé nos décorateurs en les obligeant à travailler aussi pour les nouveaux pauvres. »

Louis Hourtiq (Art et décoration, 1919)

chaise d'André Mare de 1911, éditée en série de la Compagnie des Arts Français à partir de 1920


Extrait du catalogue du mobilier de série de la Compagnie des Arts Français, 1920