mercredi 16 octobre 2013

Dinosaure normand // Normanniasaurus (1/2)

un proche parent de Normanniasaurus genceyi, l'Andesaurus delgadoi (via paleo-king)
 
les falaises du Havre, au fond le site de la découverte du Normanniasaurus genceyi.
 
Un très grand merci à Eric Buffetaut, Jean Le Loeuff et Suravech Suteethorn qui ont sympathiquement donné mon mon au dinosaure de Normandie (Normannia), le Normanniasaurus genceyi (pour en savoir plus : site dinosauria). L'aventure débute très jeune : comme beaucoup d'enfants, je veux devenir paléontologue ! Je collectionne tous les fossiles de ma région. La passion dure assez longtemps et c'est l'apothéose en été 1990 : j'ai alors 19 ans et je cherche une fois de plus des fossiles au pied des falaises du Havre... et je découvre d'importants fragments osseux aux environs du Cap de la Hève - vertèbres, hanche, fémur -. La géologie est à cette époque ma grande affaire et cette découverte inoubliable va me permettre de rencontrer Eric Buffetaut et Jean Le Loeuff, deux grands spécialistes français des dinosaures. Je vais ensuite passer quelques étés à faire des fouilles paléontologiques avec leur équipe à Espéraza, vivant là-bas ma toute première expérience muséographique lors des débuts extraordinaires du musée des dinosaures. Tout un univers passionnant... D'ailleurs, Normanniasaurus genceyi devrait d'ici peu être exposés à Espéraza avant de revenir dans les réserves du Muséum du Havre (où il dormait depuis vingt ans).

Même s'il semble difficile de tisser un lien avec ce blog : je conseille vivement la lecture du dernier ouvrage d'Eric Buffetaut, Sommes-nous tous voués à disparaître ? Idées reçues sur l'extinction des espèces (Le Cavalier bleu, 2012). Il permet de comprendre le jeu nécessaire entre l'extinction et la diversité, les logiques de survivance, le minimalisme, les ressources... Conservons de la paléontologie l'idée que la diversité est la vie, bien au-delà de la dichotomie "extinction/préservation" que la nomenclature nous fait percevoir. Plus encore, il y a dans cet ouvrage un combat pour montrer qu'il est idiot d'investir des fortunes dans le but reconstituer quelques espèces disparues alors que l'on refuse aujourd'hui tout plan de sauvegarde pour celles qui disparaissent en masse, avec leurs biotopes. Et c'est là, présentement, tout de suite... Enfin, il y a maintenant une espèce de plus, même si elle a existé il y a environ 100.000 millions d'années !