samedi 3 mars 2012

Knoll France // Printemps 1955

Article du Décor d'aujourd'hui, n°94, 1955

L'année 1955 est celle d'un basculement dans la création. Tout d'abord, les décorateurs et architectes de la reconstruction disparaissent définitivement des revues de décoration (cf Style Reconstruction). Ensuite, la représentation des intérieurs évolue brutalement : fini le temps du logement moyen, retour sur l'appartement du notable, la villa de l'artiste, la maison de campagne et l'objet hors de tout contexte. Pour illustrer ce changement, voici une belle série de photographies en couleur puisées dans le Décor d'aujourd'hui autour d'un événement-clef : l'exposition Knoll "Sens de l'espace et de la couleur" aux grands magasins du Printemps. Entrons dans les paradoxes d'un design à la fois kitsch et moderne (voir la revue du design).  Knoll s'impose dans un paysage créatif encore relativement tranquille. Si l'ouverture du premier magasin de la marque en France (rue de l'Abbaye, 6ème arrondissement) apparaît relativement discrète en 1951 et n'influence qu'une petite frange de clients et de créateurs de la Rive Gauche, l'exposition du Printemps est très remarquée : regardée de loin, elle fait l'effet du bouquet final dans le feu d'artifices de la modernité... On est désormais très loin du modèle social de quelques créateurs utilitaristes. A partir de ce moment, les décorateurs ne vont plus se sentir obligés de mettre dans un contexte réaliste leur mobilier et vont se fixer sur les effets photographiques, les jeux d'ombres, les perspectives, les mosaïques de couleurs, soit valoriser un meuble-objet en tant que tel, sans se soucier du reste. L'esthétique gagne ainsi sur le côté pratique et la position n'est plus obligatoirement fonctionnelle car le meuble s'impose comme une sculpture ou un objet d'art, à l'image de cette série de chaises jetées au hasard dans un grand jardin. C'est l'heure du "chic Knoll" qui va totalement bousculer la valeur d'élégance discrète de l'art décoratif car le prestige n'est désormais plus celui du sobre, du classique et du fonctionnel mais il est déterminé par la forme sculpturale, décorative et inventive du meuble-objet. Les jeunes décorateurs français semblent en avoir le souffle coupé. Alors que le style Reconstruction se retire, toute la jeune génération implante un élément Knoll dans son décor : discrète T-angle, gros Womb chair ou inévitable fauteuil Bertoïa... Jacques Hitier montre un bel exemple de cette fascination nouvelle. Alors qu'avant l'exposition il rénove le logement d'un particulier en utilisant des meubles de style, peu après il présente un appartement avec des meubles Knoll. L'effet graphique est puissant et c'est le succès immédiat puisque son ensemble fait la couverture des Intérieurs modernes de Charles Massin (édité en 1956).

The year 1955 was a shift in French decoration. First, the designers' style reconstruction "disappear almost entirely of decorating magazines. Secondly, that furniture is changing over time housing-type staged. The event that marks this change is the exhibition Knoll: the creators do not will recover, and will automatically add an icon-Knoll furniture in their decoration ...


L'article de Maleine Fuchs dans le numéro 94 du Décor d'aujourd'hui ne s'y trompe pas :

" En organisant aux Grands Magasins du Printemps sa rutilante Exposition «Sens de l'espace et de la couleur», Knoll International France s'est appliqué à mettre en valeur ses dernières créations de meubles de série et de tissus. Le décor qui encadrait ces éléments a fait sensation. Certains (ceux qui n'ont rien compris) se sont rebutés comme ils le font d'habitude dès l'instant où ils entrent dans un intérieur moderne, en prétendant qu'ils ne s'adapteraient jamais à ce climat de sunlight, et qu'il était insensé de vouloir les faire dormir entre des panneaux noirs. Ce sont les dolents, privés de sens d'orientation, ils se sont crus invités à vivre là. Mais Knoll International France n'a justement pas désiré imposer une ambiance réelle de vie quotidienne. Tandis que, pour faire oublier les limites d'un local de magasin, son Bureau d'Etudes de Paris peignait délibérément murs et plafonds en noir mat, il construisait aussi toute une ossature métallique délimitant des allées de circulation. et imaginait un jeu habile de transparence à l'aide d'écrans de bois filé, de tentures de soie ou de filets de pêche, pour circonscrire les ensembles tout en permettant une vue générale de l'exposition.


Ce fut pour le grand public un choc. Choc qui ne sera pas éphémère parce que, si le pourpre, le violine et le tango trônaient en maîtres comme une luxueuse audace, à la fois provocante et attachante. il restait toute la rigoureuse architecture des meubles et la grande beauté des formes qui s'épuraient ainsi d'une façon admirable. C'était bien la première fois que la vaste clientèle d'un grand magasin prenait contact avec des meubles de série de haute classe. Pour le prestige de l'art moderne il faut saluer cette réussite. Les créateurs sélectionnés par Knoll International représentent les meilleurs artistes contemporains du monde entier, architectes et même sculpteurs. Mies van der Rohe, Bertoia, Saarinen, Tengbom ou Jeanneret apportent de l'Amérique, de l'Italie, de la Scandinavie ou de la France une commune mesure qui est celle de leur conception, de leur esprit professionnel créateur, constructeur, bâtisseur; ils innovent dans le temps et ils appliquent leurs réalisations aux besoins d'une époque; pour eux, les nécessités du confort importent autant que la vérité esthétique des matériaux nouveaux. C'est cette sorte de codification qui marque ce qu'on définit parfois dans la série comme uniformité. Cette série devenue, par la diversité des modèles, une œuvre particulière dans une parfaite fabrication est capable de créer une existence nouvelle, dans le courant ou dans l'exception; et, sans donner le mot d'ordre, Knoll International suggère autant la vie qu'il ne l'impose. "








exposition Knoll France, Le Printemps, via Décor d'aujourd'hui, n°94, 1955


aménagement de Jacques Hitier, vers 1956 via Intérieurs modernes éditions Charles Massin