mercredi 16 novembre 2011

Thireau-Morel // Le Havre

via fonds Thireau-Morel, service Unesco-VAH - Le Havre : TM 048

La reconstruction du Havre doit beaucoup à l'entreprise Thireau-Morel. Un fonds photographique important a été déposé au service Unesco-Ville d'art et d'histoire, il est actuellement présenté dans l'Atelier Perret. Nous y découvrons l'évolution des systèmes de construction, et une qualité qui se dilue lentement pour ne laisser place qu'à l'efficacité... Nous pouvons également voir un système de préfabrication mis en oeuvre aux côté du célèbre procédé Camus (quartier du Perrey) et du système Portique (Porte Océane nord)

Rebuilding of Le Havre is closely linked to Thireau-Morel enterprise. A large photographic collection was introduced in the Unesco municipal, it is currently presented in the "Atelier Perret". We discover evolution of building systems, and a quality that was diluted slowly to leave only the effectiveness ... We can also see a prefabrication system implemented with the famous Camus and "Portique" (gantry) processes.



Fonds Thireau-Morel
Description préliminaire après numérisation / Pierre Gencey / 8 juillet 2010

Source, description, contenu


Remis par M. Pierre Michel, le 7 juillet 2010 au service Unesco-VAH. Le fonds contient 119 clichés au format 18x24 + un petit format, tirages en planches non reliées, sous cartonnage dos toilée. Les tampons au dos des photographies sont ceux de trois photographes industriels parfois associé à celui de l’entreprise Thireau-Morel. Le recto ou le verso d’une majorité des clichés contient d’autres informations : date, numéro d’ilot, adresse, etc. La numérotation de TM 000 à TM 120 a été faite après classement par ordre chronologique d’apparition des chantiers, puis en retraçant les étapes de chantiers (avec dates, si indiquées).

Techniquement, les tirages sont en parfait état (deux ou trois coins manquants), le cadrage, le développement (contraste), la netteté relate la qualité des photographies industrielles dans les années 1950. Quelques uns présentent une esthétique remarquable. Sur le plan historique, les détails relatent non seulement les chantiers d’une entreprise ayant jouée un rôle majeur dans la reconstruction du Havre mais elles reflètent plus largement la politique ainsi que la qualité du logement et ses évolutions entre 1950 et 1958.

Le tout forme un très bon support pour une exposition/catalogue sur « la ville en chantier », offrant de multiples vues où l’on comprend les systèmes constructifs inventés ou développés au Havre : préfabrication lourde, ossature (poteau-poutre-poutrelles-dalles), imbrication d’ossature (Bourse), etc. La netteté des ces photographies permet aussi des agrandissements pouvant cibler les détails « quotidien » du chantier (ouvriers, outils, machines,…). Ce fonds est à rapprocher du fonds Masse et des négatifs Fernez aux Archives Municipales, et des fonds iconographique du MRU déposé aux Archives Départementales, aux Archives nationales de Fontainebleau et au Ministère de la construction (ex-MEEDAT).




via fonds Thireau-Morel, service Unesco-VAH - Le Havre : TM 001, 006, 010

Premiers travaux en périphérie (1949-1952)
TM 001-006 : Le fonds s’ouvre sur une série de maisons individuelles (La Hêtraie, 001 ; ville basse non-localisée, 002-006) marquant les toutes premières tentatives de reconstruction en maisons préfabriquées type MRU et une pré-expérimentation peu connue du préfabriqué lourd utilisé aux Champs Barret. Cette série a une vocation pédagogique pour illustrer une avancée rapide de chantier, suggérant l’efficacité de la préfabrication française. Celle-ci se prolonge avec la construction des premières maisons Courant (construite en 1952 et inaugurées en 1953 : vidéo INA La première maison Courant)

TM 007-016 : série de reconstruction précoce de l’ensemble d’immeubles aux normes minimales des Champs Barret avec expérimentation d’une préfabrication lourde comparable à celle des maisons individuelles. Il s’agit de la première expérimentation française d’une construction d’immeubles en préfabriqué lourd (cf. procédé Camus, in XXe s. revue hist.)
TM 017-024 : premier chantier représenté dans ce fonds montrant une structure poteau-poutre. Il s’agit du Groupe scolaire Jean-Maridor (Graville).
TM 025-027 : Autre groupe scolaire, l’Institution Saint-Joseph, la structure en béton est cachée sous un parement de briques, sauf sur la galerie en arrière du bâtiment.

via fonds Thireau-Morel, service Unesco-VAH - Le Havre : TM 058

Centre reconstruit, système poteau-poutre (1952-1955)
TM 028-044 : importante série sur l’ilot jouxtant l’Hôtel de Normandie le long du bassin du Commerce. Tous les stades du chantier : fondation, dalle, structure, remplissages, état final.
TM 045-059 : importante série sur le Front de mer sud (Lambert, arch.) avec également tous les stades du chantier, y compris détails techniques fins (poteau, poutrelles,…)
TM 060-075 : importante série sur la Bourse de Commerce (Zavaroni, arch.), tous les stades du chantier, y compris détails fins (fondations, double structure porteuse, escalier, poutres soutenant le toit en précontraint profilé en aile d’avion, pseudo-shed) et vues intérieures.
TM 076-077 : îlot N-14
TM 078-079(*) : immeuble du boulevard François-Ier
TM 080-085 : immeuble situé à l’angle nord-est du square Saint-Roch
TM 086-089 : immeuble situé au sud du Muséum


via fonds Thireau-Morel, service Unesco-VAH - Le Havre : TM 106, 119

Fin de la reconstruction, en centre et périphérie (1955-1958)
TM 090-091(*) : immeuble, sd, situé rue Gustave-Flaubert. Le système poteau-poutre n’est plus lisible en façade, celle-ci est couverte de plaques.
TM 092-095(*) : immeuble du quartier du Perrey, le système d’ossature en façade est rendu visible par le format et l’emplacement des portes-fenêtres, situées de part et d’autre des poteaux, et par un remplissage en parpaing située légèrement en retrait des poutres. Il s’agit d’une dernière tentative de respect du « style Perret ».
TM 096-115 : importante série sur des bâtiments construits dans le quartier du Perrey. La structure constructive n’est plus lisible en façade. Le système poteau-poutrelles-dalle se réduit à une série de poteaux au centre du bâtiment et sur chaque façade. Le remplissage des façades se fait par des parpaings au droit des limites du plancher, obligeant un revêtement ciment et peinture. Les immeubles sont rigoureusement les mêmes, baisse de qualité importante (fin du béton nu, diminution des portées, réduction des baies etc…).
TM 116 : immeuble situé au nord du square de la Prévention routière. L’esthétique échappe définitivement à la doctrine moderne de Perret pour se rapprocher d’un « modernisme » plus formel que technique. Le jeu architectonique, à défaut de révéler la structure, porte sur les volumes dans une esthétique inspirée du Bauhaus et de Royan. Vue rare et intéressante car la partie basse très moderniste est aujourd’hui méconnaissable (pizzeria « rustique »).
TM 117-119 : immeuble du 10-20 rue des sports (Bléville). Ensemble social, mêmes principes constructifs que dans les immeubles du quartier du Perrey. L’appauvrissement progressif de l’architecture se décline ici dans un allongement disproportionné.

Hors série (sd)
TM 120 : beau cliché d’un engin de battage des pieux, nl, sd.