dimanche 14 août 2011

Amy Perlin // René Gabriel



Il y a très peu de galeries dans le monde qui ont identifié les précurseurs européens. L'une d'elle était la boutique d'Amy Perlin, 1000 mètres carrés au 306 East 61st Street NY - où l'on pouvait voir le premier bahut-commode que René Gabriel avait réalisé pour Le Havre. Mais Amy Perlin est décédée : une perte irréparable pour la valorisation du design.

There are so few galleries in the world who have identified European precursors. One of them was Amy Perlin Antiques, 10 000 square feet at 306 East 61st Street NY - you could see the first chest-dresser that was made ​​for Gabriel René Le Havre. But Amy Perlin died: an irreparable loss to the value of design.


" Depuis Amy Perlin est décédée, tout à coup, en mai 2010, nous avons essayé de continuer et d'avancer. Comme cela arrive souvent, c'est seulement après qu’Amy ait disparu que l’on a pleinement pu comprendre l'énormité de son implication dans la réalisation de ce rêve. Sous sa direction inspirée, la galerie Amy Perlin est devenu une destination pour ceux qui recherchent le beau, le bizarre, le plus insolite et les articles les plus remarquables que l’Europe avait à offrir. La grande passion d’Ami était la chasse à ces pièces singulières qui en vint à définir son regard. Il y a beaucoup d'histoires sur les aventures d'Amy parcourant les petites routes de l'Europe. Certaines sont des contes, d’autres carrément effrayantes mais toutes sont amusantes. Amy ne se laissait jamais dissuader d'acquérir ce qu'elle pensait être unique, et elle était ravie de trouver ces objets dans des endroits singuliers. "

"Ever since Amy Perlin passed away, quite suddenly, in May of 2010, we have endeavored to carry on and to move forward. As so often happens, it was only after Amy was gone did we fully comprehend the enormity of her involvement in making the dream come to pass. Under her inspired leadership, Amy Perlin Antiques became a destination for those seeking the beautiful, the quirky, the most unusual and the most serviceable items Europe had to offer. Amy's great passion was the hunt for those singular pieces that came to define her vision. There are many stories about Amy's adventures on the back roads of Europe. Some of these tales are downright hair-raising; all of them are amusing. Amy would not let anything deter her from acquiring what she thought was unique, and she thrilled at finding those things in obscure places."

Voici le bahut-commode de René Gabriel. Un hasard fait que j'ai pu retrouver le parcours de ce bahut. Il était tout simplement au déballage d'antiquaires du Mans, mais sous une nappe afin d'y poser d'autres objets jugés plus précieux... Comme toujours... Connaissant l'appartement témoin du Havre, un professionnel de Rouen l'a repéré et acheté (Galerie Polychrome), avant de le revendre pour exportation à Amy Perlin. Il vient de passer chez Christie's, lors de la vente de succession (voir vente du 18-20 juillet 2011)  : "attribué à René Gabriel" par l'expert, il a été estimé entre 1.500 à 2.000 $, le prix étant monté à 3.000 $. Une erreur de l'avoir simplement attribué... On peut donc considérer qu'il a été bradé, puisqu'une simple paire de fauteuils a été vendu 13000 $. Voici quelques photos que l'on pouvait copier-coller sur le site d'Amy Perlin.













Ce meuble par éléments superposables de René Gabriel est bien connu dans l'illustration de l'appartement témoin du Havre. Les versions "avec rayonnage bibliothèque" et "armoire" étaient présentées dans le séjour, l'enfilade commode était quant à elle placée dans la petite chambre jouxtant le séjour. Le meuble chiné par Amy Perlin était fini à la céruse - ce qui est assez fréquent dans le mobilier de série entre 1937 et 1948.

Appartement témoin du Havre, Ensembles modernes - 1948

Modèles par éléments, Maison Française, octobre 1948