ARCHITECTURE ET MOBILIER après 1945


dimanche 20 juillet 2014

Exposition de l'Urbanisme et de l'habitation // 1947


Voici enfin redécouvert le Catalogue officiel de l'Exposition internationale de l'urbanisme et de l'habitation de 1947. Sur 296 pages, tous les stands sont décrits, tous les participants cités ; de longues listes exhaustives qui évoquent bien la rigueur de Paul Breton, l'organisateur, de même que le format, le papier et le plan reprennent le catalogue du Salon des arts ménagers. Cependant, l'architecture devient bien plus complexe que les appareils ménagers et cette première grande exposition reflète la montée en puissance de ce domaine : cet évènement est sans rapport avec la petite "Exposition de l'habitation" visible avant-guerre en marge du Salon des arts ménagers. C'est une vaste "Exposition internationale" avec 54 classes réunies en 5 groupes posant successivement le problème du logement (n°1) puis urbanisme (n°2), habitation (n°3), a construction (n°4 avec matériaux, construction, équipement, exécution), jardin (n°4bis) et enfin l'information (n°5 avec la codification, la presse spécialisée et la "propagande éducative")... Les illustrations de Jacques Nathan/Garamond sont impressionnantes, autant que le texte d'introduction d'André Hermand qui mérite d'être cité : "En même temps que le nombre des hommes et des femmes vivant sur la terre augmentait brutalement jusqu'à presque tripler, un exode immense et spontané déplaçait les populations des campagnes vers les villes. Et aujourd'hui, alors que l'humanité est plus riche de connaissance, de puissance et de moyens nouveaux qu'elle ne l'a jamais été, des millions d'hommes et de femmes souffrent et peinent parce que leur logis est insuffisant, surpeuplé, vétuste, malsain, ruiné, malcommode, bruyant, privé des équipements les plus élémentaires, manquant d'air, de lumière et de soleil, ouvert sur des rues étroites ou des cours sombres, ou perdus dans des lotissements sans voiries, sans eau, dans le désordre de l'improvisation. Et la guerre est venue ajouter de terribles blessures et une confusion nouvelle dans ce drame de l'habitation humaine." La solution est illustrée par les appartements types reconstitués au premier étage sur les balcons nord-est et sud-est, du "groupe-4 classe-40" avec son comité prestigieux : présidence René Gabriel (président de la SAD), vice-présidence et présentation de Marcel Gascoin (directeur de l'UAM), rapporteur Paul Beucher (Ecole Boulle)...

Here finally rediscovered the Official Catalogue of the International Exhibition 1947 of Urban Development and Housing. On 296 pages, all stands are described, all participating cities; long exhaustive lists that really evoke the rigor of Paul Breton, the organizer, as well as the format, paper and plan show the catalog of Ideal Home Exhibition. However, the architecture becomes more complex as household appliances and this first major exhibition reflects the rise in this area: this event is unrelated to the small "Fair Housing" visible prewar margin Ideal Home Exhibition. That's a big "International Exhibition" with 54 classes combined into 5 groups successively posing the problem of housing (1) and Urban Planning (2), home (No. 3), Construction (No. 4 with materials construction, equipment, execution), garden (No. 4a) and finally information (No. 5 with coding, specialized press and "educational propaganda") ... the Jacques Nathan-Garamond illustrations are impressives, like the introductory text of André Hermand which deserves to be quoted: "at the same time that the number of men and women living on the Earth increased sharply to nearly triple, a huge and spontaneous exodus moving populations the countryside to the cities. and today, when humanity is richer knowledge, power and new ways it has never been, millions of men and women suffer and struggle because their home is inadequate, overcrowded, dilapidated, unhealthy, ruined, cumbersome, noisy, deprived of the most basic equipment, lacking air, light and sun, open on narrow streets or dark courtyards, or lost in subdivisions without roads, without water, in the disorder of improvisation. And the war has added terrible injury and further confusion in this drama of human habitation. "Solution is illustrated by show flats apartments on the Grand Palais north-east and south-east first floor balconies,the " Group 4 - class 40 " with its prestigious committee: Chair René Gabriel (President of the SAD), Vice-President and presentation Gascoin Marcel (director of UAM), rapporteur Paul Beucher (director of the Ecole Boulle) ...

lundi 7 juillet 2014

Gustave Gautier // portrait d'un décorateur

une armoire de Gustave Gautier de 1953

Habitant des ISAI du Havre, Samuel adhère au petit cercle des admirateurs de la Reconstruction et de son mobilier. Déjà possesseurs d'un bahut "BB" de Marcel Gascoin, il tient par ailleurs de sa grand-mère cette solide armoire dotée de deux portes coulissantes et de poignées raidisseuses dont le profil en "aile d'avion" s'ajuste exactement à celui des montants latéraux. Une silhouette qui fait signature ! Pour l'identifier, outre une étiquette de la marque "Eros", la puissance constructive du meuble, la lourde section des planches, la parfaite finition du chêne clair ne laissent aucun doute : Gustave Gautier. Profitons de l'occasion pour revenir sur ce personnage connu pour ses tables gigognes (Gustave Gautier // tables gigognes). Il est d'abord l'adepte du "style reconstruction" préféré des critiques proches de la SAD, aussi bien illustré dans Mobilier et Décoration et Ensembles modernes que dans le Décors d'aujourd'hui et le Journal de l'ameublement. S'il fallait un classement par fréquence de représentation, il occuperait une très bonne position... Ses meubles font consensus car il est non seulement un radical, membre de l'UAM, adepte de la forme pure et de l'ossature lisible, mais il défend aussi une générosité dans les finitions et les matières, ce qui rassure pleinement les défenseurs de certaines "valeurs bourgeoises" qui formaient alors le noyau dur de la critique française. Cependant, cette surépaisseur n'est plus la prétentieuse démonstration d'une puissance de classe mais elle se réinvente dans l'objectif de reconstruire un monde sobre et robuste, agréable et durable. Il ne faut pas oublier que Gustave Gautier sort d'un camp de prisonnier et, qu'après cela, il abandonne l'architecture extérieure pour aller vers celle de l'intérieur, cherchant à inventer une ambiance protectrice, suivant un réflexe très identique à celui observé chez Guillerme et Chambron (Lille//Guillerme et Chambron). Gustave Gautier laisse se dévoiler la psychologie d'une condition et d'un temps : la modernité d'après-guerre ne peut plus tolérer un monde froid, instable, uniformisé, il fallait protéger, enkyster, "encapsuler", le vide inquiétant de la condition humaine.

Residing in the "ISAI" of Le Havre, Samuel joins the small circle of admirers of Reconstruction and furniture. Already owners of a Marcel Gascoin chest, he also wishes his grandmother this solid cabinet with two sliding doors and handles with a stiffening profile "airplane wing" fits exactly to the the lateral uprights. This figure is a time signature! To identify, in addition to a brand label "Eros", the constructive power of furniture, heavy section plates, the perfect finish of light oak leaves no doubt: Gustave Gautier. Take the opportunity to return to this character known for its nesting tables (Gustave Gautier / / nested tables). It is the preferred décorator SAD in the "style reconstruction", both illustrated in Mobilier et Décoration, Ensembles modernes, Décors d'aujourd'hui and the Journal de l'ameublement. If we had ranked by frequency of performance, it would occupy a good position ... His furniture is consensus because it is not only a radical member of the UAM, a follower of pure form and frame readable but it also defends generosity in finishes and materials, which fully reassured advocates some "bourgeois values​​" which then formed the core of the French criticism. However, this allowance is not pretentious demonstration power class but it reinvents itself with the aim of reconstructing a simple and robust world, nice and durable. We must not forget that Gustave Gautier fate of a prison camp, and after that, he gave up the external architecture to go to that inside, trying to invent a protective atmosphere, following a very similar reflex that observed in Guilherme and Chambron. Gustave Gautier allowed to reveal the psychology of a condition and a time: the post-war modernity can no longer tolerate a cold world, unsteady, uniform, should be protected, encysted, "encapsulating" the disturbing empty the human condition.

lundi 23 juin 2014

Exposition 2014 // Habitat provisoire

 
Samedi 28 juin à 17h30, chaque lecteur de ce blog est cordialement invité à l'inauguration d'une nouvelle exposition consacrée à l'habitat provisoire (deux ans après l'Exposition 2012 // Habitat d'urgence). Un moment important car l'Atelier Perret accueille les premiers éléments d'un baraquement MRU (type 534.10) reconstitué. Le choix du module s'est porté sur la version la plus large (éléments de 120 x 240 x 12 cm) avec des blocs spécifiques (trois "fenêtres" et une "porte"), le tout réalisé en deux semaines dans l'Atelier de notre ami constructeur Denis Bréault pour un coût de 8.000 euros (3.000 bois + 1.000 huisseries + 1.000 transport et petit matériel + 3.000 en main d'oeuvre). Cette dépense représente les deux-tiers de la façade, soit le cinquième du prix total en considérant le plancher, la toiture et les fermes. Ces chiffres indiquent que ce prototype de 65m2 revient aujourd'hui à 40.000 euros sans équipement... Le provisoire ne coûte donc pas si cher sachant qu'il peut durer très longtemps puisque les modèles de 1945 tiendraient encore tous debout s'ils avaient été mieux "traités", notamment contre le feu. Ajoutons que la reconstitution est légèrement plus grande mais surtout plus solide, mieux isolée et faite pour être montée/démontée (comme pour une yourte, il n'y a donc pas besoin de permis de construire). Bref, le rêve : maison neuve à moins de 50.000 euros, écolo-déplaçable, bricolo-artisanale : mais qu'attends-t'on pour agir ? Signalons enfin que les amateurs de meubles ne seront pas déçus car ils retrouveront René Gabriel derrière la façade, avec des pièces rares de la collection GG : variantes de la série 120 (buffet 120, table 121, chaise 123), chambrée de réinstallation (armoire 154, lit 155, chevet), des pièces bien moins connues que la salle à manger de la série 150 (Meubles d'urgence // René Gabriel) ou que la désormais célèbre chaise n°103 (René Gabriel // chaise économique)...

Saturday, June 28 at 17:30, every reader of this blog is cordially invited to the opening of a new exhibition devoted to the temporary habitat (two years after a first exhibition). An important moment for the Atelier Perret hosted the first elements of a restored MRU house's (534.10 Type). The choice of module is focused on the larger version (120 meters x 240 x 12 cm) with specific blocks (three "windows" and a "door"), all made ​​in two weeks in the "atelier" of our friend Denis Breault - manufacturer at a cost of 8,000 euros (3,000 wood + 1,000 frames + 1.000 transport and small equipment + 3,000 in labor). This expense represents two-thirds of the facade, the fifth of the total price considering the floor, the roof and farms. These figures indicate that this prototype is now up to 65m2 40,000 euros without equipment ... The draft does not cost so much knowing that it can last a very long time since the 1945 models would take all still standing if they had been better "treated", especially against fire. Adding that the reconstruction is slightly larger but also stronger, better insulated and made to be mounted / dismounted (as a yurt, so there is not need permission). In short, the dream of new home for less than 50,000 euros, eco-movable-handyman: Finally, note that the furniture lovers will not be disappointed because they find René Gabriel behind the facade, with rare pieces from the GG Collection: variants of the 120 series (buffet 120 , table 121, seat 123), chambered resettlement (cabinet 154, bed 155 , bedside table), much less known than the dining room of the 150 series parts or the now famous chair Number 103...

mardi 10 juin 2014

Antoinette Poisson // René Gabriel

http://www.antoinettepoisson.com/
© photo : Sandro di Carlo Darsa, extraite de http://www.antoinettepoisson.com/

Au début de sa carrière, René Gabriel réinvente un métier. L'histoire nous est racontée dans un numéro de la revue Art et Décoration daté de janvier 1927 : ""C'est de l'esprit de révolte, c'est d'une volonté de réaction que naquit le premier papier peint dessiné par René Gabriel. Esprit d'amour aussi, amour du ton pur, de la fraîcheur, de l'équilibre, du style. Et l'un des premiers, dans la petite chambre qu'il occupait rue de Bourgogne, en 1916, le tout jeune artiste commença, sans argent, sans soutien, sans organisation ni connaissance commerciale, de dessiner et d'imprimer un premier papier peint, puis un second, puis un troisième. La Foire de Paris allait ouvrir ses portes. René Gabriel y tient boutique. Et tout de suite, cela plaît. Il y a de la demande." Il se réinvente aussi une histoire, celle d'un singulier personnage exerçant le métier de dominotier. Tiré d'un passé proto-industriel, ce travail désigne l'impression sur "dominos" au XVIIIème siècle (42 x 33 cm) avant de s'étendre à la fabrication du papier peint à la planche, par raccord des motifs imprimés sur "lés". Plus proche de William Morris qu'on veut l'admettre, la mode des néo-artisans revient aujourd’hui. Alors qu'une fois de plus l'industrie nous pousse vers une terrifiante dictature globale, alors que l'on étouffe sous le réchauffement d’une modernité désuète singeant les Golden Sixties, l'intelligence semble poindre chez de jeunes créateurs. Il n’est pas étonnant de voir qu’un autre dominotier est né. Son nom ? Antoinette Poisson. Certes, la modestie franciscaine du petit artisan qu'adoptait René Gabriel n'y est plus car le néo-artisan doit se présenter avec les manières d’aujourd’hui. Mais le principe reste le même. Tout à l’opposé de la débauche de moyens du faux-luxe produit par des robots, l’économie des gestes du dominotier rouvre la porte d’une création à peu de frais qui va reprendre force en rapprochant le créateur et la matière, en renouant avec les gestes, avec les corps. Souhaitons qu'à l'image de René Gabriel, Antoinette Poisson fasse ainsi renaître une autre technique de production démocratique ! Pour mémoire, voici ci-dessous les illustrations de l’article de 1927, avec l’outillage qui permit à René Gabriel de produire des papiers par milliers...

Starting his career , René Gabriel reinvents a trade. The story is told in a number of the magazine Art et Décoration dated January 1927 : " It is the spirit of revolt, it is a desire that the first reaction wallpaper designed by René was born Gabriel . Spirit of love also love pure tone , freshness , balance , style . And -one of the first- in the small room he occupied rue de Bourgogne , in 1916, began the fledgling artist , no money, no support, no organization or business knowledge to design and print a first wallpaper , then a second and then a third . Paris Fair was opened. René Gabriel y has a shop . And right now, it pleases . There is demand. " He then reinvents a story, that of a singular character exerting work dominotier a forgotten art, derived from a pre-industrial past that he wants to revitalize . Later William Morris and less aware of its origins , neocraftsman back today. So once more the industry pushes us towards a terrifying global dictatorship , while demography makes us fall in a collective senility, while the warming an outdated modernity drawn from the memory of the Golden Sixties we suffer , intelligence seems to be emerging among young designers It is not surprising to see another dominotier His name was born . . Antoinette Poisson true . Franciscan modesty of René Gabriel is no longer there because the neocraftsman must present valuable ways today . But the principle remains the same. Just opposite debauchery means of false luxury product by robots. The economy of dominotier gestures reopens the door of a creation inexpensively who will take power by bringing the creator and matter, reconnecting with gestures, with body. Hope that, like René Gabriel , Antoinette Poisson and do another technique reborn democratic Production ! For the record, below, here are the illustrations of the 1927 article , with the tools that allowed René Gabriel produce lès thousands, and his drawings ... without the bright colors of the dominoterie ...

lundi 2 juin 2014

premier faux Gascoin // DIY on E-BAY

Le premier faux gascoin en ce moment ici sur ebay

Pour les amateurs-traders abonnés à Capital et à la Cote du design, Marcel Gascoin est un bon placement, de ceux qui montent. Investir dans "du Gascoin", c'est disposer d'une valeur plus dynamique que la pierre tout en étant incontestablement plus transportable et plus facile à vendre... N'ironisons pas sur le drame de l'immobilier. Ne nous moquons pas non plus des "petits porteurs" car on ne peut pas demander à tout le monde d'aimer uniquement la beauté en ignorant la part vénale. Quoi qu'on en dise, la valeur financière ne se méprise pas et permet aussi de quantifier l'intérêt collectif. Donc, Gascoin n'est plus oublié ! Souvenons-nous. Il y a une douzaine d'années, on trouvait le petit tabouret "Trèfle" pour rien, il circulait dans les brocantes, trocs, puces... Mais tout change : en 2002, Patrick Favardin en parle dans ses Décorateurs des années 1950 ; en 2006, il est dans l'Appartement témoin Perret ; en 2010, Guillemette Delaporte publie une monographie chez Norma ; en 2011, une seconde est éditée chez Piqop. Les dégâts sont limités mais les prix évoluent après chaque évènement : 100, 200, 300... Depuis, les professionnels ne l'ignorent plus, certains galeristes se spécialisent dans le "style reconstruction". Gascoin est devenu googlisable mais, comme ce mobilier reste rare (car il équipait peu les collectivités et se vendait surtout à des "classes moyennes" dépourvues du sens de la conservation), l'offre et la demande se rééquilibrent en poussant les prix à s'envoler. Aujourd'hui, il faut se lever tôt pour chiner le tabouret Trèfle dont des modèles douteux partent à quatre cents euros sur ebay, d'autres encore un peu plus chers chez les petits antiquaires, mais, pour en avoir un certifié Gascoin chez un galeriste, il faut désormais compter autour de mille euros... Autre conséquence d'une trop grande pression de la demande relativement à l'offre, le premier faux de qualité vient de naître : il est vraiment très beau (trop) et, surtout, c'est un moment historique !